top of page
pinboard-gbbf958385_1920.jpg
Copinage et compagnie

 

Suite à l'AG, nous avons décidé de ne pas relayer les informations des assos amies et des adhérents par mail mais de proposer un espace ici. Voici donc des informations qui pourraient vous intéresser. N'hésitez pas à nous en communiquer.

L'AMAP du Guillestrois

a besoin de soutien
img4.jpg

Le saviez-vous ? AMAP signifie Association pour le Maintien de l'Agriculture Paysanne. L'AMAP du Guillestrois est un excellent moyen de soutenir des agriculteurs et paysans locaux. 

 

Et toute l'année, car, en attendant l'été et les paniers de légumes, vous pouvez dès maintenant profiter de bons produits locaux et en direct de producteurs hauts-alpins : farine (blé, seigle, sarrazin), œufs, jus de fruits, viande d'agneau, conserves, terrines, saucisses, fromages de chèvre, faisselles, yaourts... de quoi constituer une bonne base dans votre cuisine ! Et pour couronner le tout, cette année, l'AMAP verra aussi arriver la possibilité de commander des bouquets de fleurs (locales !).

Chaque contrat est indépendant, en pré-commande, et à la carte (sauf les paniers maraichers). Vous pouvez souscrire aux contrats en cours (œufs, farine et jus) via les référents bénévoles, et les autres contrats seront très prochainement ouverts. Les distributions ont lieu les mardis en fin d'après-midi, sur Guillestre à la base Adelente ou l'auberge d'Eygliers au creux de l'hiver !


Pour souscrire aux contrats, nous vous demanderons d'adhérer à l'AMAP du Guillestrois pour un montant de 12€ pour l'année.


Pour plus d'informations, présentation des producteurs et actualités :
http://amapguillestrois.blogspot.com/
 

Vous êtes les bienvenus dès maintenant !
 

Et si vous vous posez encore des questions, vous serez aussi les bienvenus à l'assemblée générale de l'association qui aura lieu le lundi 11 mars 2024, à partir de 17h30 à l'auberge d'Eygliers.

Documentaire

Qui veut la peau des agriculteurs ?

Nous vous conseillons un documentaire sur Arte dans lequel apparaissent les Galline Fellici.

C'est le consortium auprès duquel nous commandons les agrumes que vous consommez.

Les agriculteurs sont parmi les professionnels les plus touchés par les différentes crises que nous traversons. Comment continuer à assurer une alimentation pour tous dans ces conditions ? Les agriculteurs vont-ils tenir ? Faut-il mettre la pression à la grande distribution ?

Pour en débattre, deux invités incarnant deux visions opposées de l'agriculture : Benoît Biteau, poly-agriculteur, poly-éleveur et député Europe Écologie Les Verts au Parlement européen. Il défend une agriculture biologique, l'abandon rapide de la dépendance aux intrants chimiques et l'arrêt des politiques alimentaires productivistes. Pour lui, la nouvelle politique agricole commune distribue l'argent aux plus riches, sans conditionnalités, laissant les petits paysans en grand difficulté.
Face à lui, Phoebe Koundouri, économiste et coprésidente du Sustainable Development Solutions Network Europe, un organisme de conseil sur la mise en place de politiques durables. Pour elle, l'agriculture intensive et l'utilisation de pesticides sont des solutions pour maintenir la production agricole nécessaire. Et la nouvelle politique agricole commune va dans le bon sens.


Des échanges ponctués par les témoignages des neuf Européens qui ont défriché le sujet en amont de l'émission, et par un reportage en Sicile, où un groupement de producteurs a fait le pari de se passer de la grande distribution.


Enfin, dans le grand entretien, Nora Hamadi reçoit le professeur allemand Volkmar Nüssler, médecin, oncologue et spécialiste des questions de nutrition. Elle l'interroge sur les liens entre alimentation, maladie et pauvreté.

Entrepreneur d'ici et d'ailleurs.

"Un toit, des projets à l'auberge". 

 

Mon associée part à la retraite l'année prochaine. Seule, gérer l'auberge ne sera pas envisageable. Et pourtant. J'ai la certitude que l'auberge a un rôle à jouer, certitude tenace.

Loi immigration.

Climat.

Entrepreneurs qui se cherchent et rament souvent seul.e.es.

Des idées partout sans mode d'emploi.

 

2024 c'est sans nul doute l'année des changements, des prises de consciences sociale et environnementale, pour ceux qui partagent les mêmes valeurs que moi.

Pour l'auberge d'Eygliers c'est la même.

 

Alors voilà l'idée. Je me lance sans savoir où cela va me mener, ni moi, ni l'auberge, mais en y croyant plus que tout.

A travailler à plusieurs : "un toit, des projets." Je voudrais faire savoir que l'auberge pourrait évoluer vers une scop.

Il me manque les scopains. Le toit existe. Tout est à écrire.

 

Créer un outil de travail pour développer un toit sur le territoire, un tiers lieux méritant. Se faire plaisir surtout. Imaginer à plusieurs ce que nous ne pouvons plus imaginer seul.e.es dans nos coins, dans nos entreprises. Partager, échanger, évoluer et militer aussi pour une vie autre.

 

Je cherche donc des scopains pour monter cette scop à Eygliers.

Avec l'aide de l'union des scops, mais aussi de l'union des tiers lieux, il est vraiment possible de monter des projets avec l'assurance d'un toit qui fonctionne économiquement parlant.

 

Être utile.

 

Je suis disposée à en parler, à échanger, en vrai

Merci

Lydia

auberge-eygliers@orange.fr

L'auberge d'Eygliers

cherche des scopains

Si vous souhaitez publier quelque chose sur cette page, n'hésitez pas à nous contacter.

bottom of page